Bases de données relationnelles : opérations élémentaires 2

Deuxième cours Organisation des ressources & accès aux ressources

On peut calculer des informations globales sur une table (minimum, maximum, moyenne des valeurs numériques d’une colonne, par exemple). On peut également organiser une table en sous-ensembles en fonction des différentes valeurs d’une colonne ou de plusieurs colonnes (par exemple les bébés filles d’un côté et les bébés filles de l’autre).  On peut alors calculer des informations globales sur chacun de ces sous-ensembles, ce qui permet de les comparer (dans les très grands prématurés, les filles s’en sortent-elles mieux que les garçons). On peut ainsi caractériser ces sous-populations (qui constituent des entités de deuxième niveau par rapport aux entités de premier niveau que sont les lignes des tables).

Les SGBD disposent d’une marque (NULL) pour indiquer quand une valeur n’est pas connue pour une propriété donnée. Cette marque joue un rôle complexe mais nécessaire dans la cohérence des informations d’une base de données.

Version avec des notes complémentaires prises par les étudiant(e)s


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Benoit Habert (29 septembre 2012). Bases de données relationnelles : opérations élémentaires 2. Organisation des ressources. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/be80


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search